Attention DANGER

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2007/04/28/article.php?sid=52855&cid=2

 
Actualités : LA FEDERATION ALGERIENNE DES ASSOCIATIONS DES DIABETIQUES PREVIENT
"Les produits "Imsula" et "Sugar" sont dangereux !"

 

Vantées par des chaînes satellitaires arabes deux “préparations douteuses” importées du Moyen-Orient sont “illicitement” vendues en Algérie. Il s’agit d’un produit dénommé “Imsula” ou “Insoulin”, c’est selon, et “Sugar”, cédés pour leurs supposées vertus thérapeutiques à 15 000 DA au marché noir et même dans certaines officines.
Saïda Azzouz - Alger (Le Soir) - “Attention, il y a danger !”, prévient le président de la Fédération algérienne des associations des diabétiques (FAAD) qui, par ce cri de détresse, souhaite attirer l’attention des diabétiques sur les risques de la prise de ces “pseudo” solutions miracles et celle des pouvoirs publics qui doivent impérativement déclencher une enquête et prendre les mesures qui s’imposent pour enrayer ce commerce informel et mettre fin aux activités de ceux qui profitent de la détresse des diabétiques et de leur famille pour s’enrichir même s’il y va de la vie des citoyens. “La majorité des malades qui ont pris ces soi-disant médicaments ont eu des complications, les médecins et les spécialistes peuvent en attester. C’est sur la base de leurs remarques et sur celles d’un questionnaire que nous avons présenté aux diabétiques qui connaissaient des complications que nous nous sommes rendu compte que les malades interrogés avaient pris soit “Sugar” soit “Imsula”, parfois les deux, quand ils n’ont pas recours aux charlatans”, a indiqué jeudi dernier Noureddine Boucetta, en marge de l’installation officielle du bureau national de la fédération, issu du congrès du 24 mars dernier. Lors de son point de presse, le président n’a pas manqué de fustiger “les charlatans” qui prétendent guérir la maladie par les “plantes” ou certaines herbes que l’on dit miraculeuses. Il est formel, l’Etat doit intervenir dans les meilleurs délais pour mettre fin aux activités de ces “escrocs” dont les rangs grossissent chaque jour un peu plus et qui se concentrent essentiellement dans les wilayas de Oum-el- Bouaghi, Tiaret et Adrar, notamment à Timmimoun. “Il faut que les malades comprennent que dans le cas du diabète, la médecine traditionnelle ne peut traiter et encore moins guérir ce type de maladies”, martèle le président qui souhaite la collaboration des médias tous supports confondus pour sensibiliser les diabétiques et leurs familles aux risques de cette médecine “parallèle”, avant de nous préciser que 10% de la population algérienne est atteinte de diabète. Il y aurait donc près de 3 millions d’insulinodépendants en Algérie. Une frange qui, selon le président de la fédération des associations des diabétiques, doit faire l’objet de toute l’attention des pouvoirs publics notamment les ministères de la Santé, du Travail, de la Solidarité et de l’Education nationale. A ce dernier, il est demandé de procéder, par le biais de la médecine scolaire, au dépistage systématique de cette maladie. “On se rend compte, même si nous n’avons pas encore de statistiques, qu’il y a de plus en plus d’enfants atteints du diabète”, indique le président de la FAAD dont l’organisation compte, à partir de son plan d’action 2007, agir pour amener les pouvoirs publics à prendre des décisions à même d’améliorer les conditions de vie des diabétiques. Il y a lieu selon l’association, dont la création remonte à 1993, de faire en sorte que les conditions de la prise en charge des femmes diabétiques enceintes vivant dans les milieux ruraux soient améliorées. Partant du fait que la majorité des diabétiques est issue de milieux défavorisés, pauvres, il en appelle à l’insertion des malades dans le filet social pour qu’ils puissent bénéficier d’indemnités qui leur permettraient d’acheter les médicaments. D’ailleurs, la commission sociale de la fédération travaille sur toutes les propositions susceptibles d’aider les diabétiques pour peu que l’Etat joue le jeu. La fédération, qui prône la sensibilisation, compte aussi une commission scientifique composée de médecins, de spécialistes et de paramédicaux.
S. A.

  

  ***************************************************************************

ARICLE DU QUOTIDIEN D ORAN  30 AVRIL 2007.

PRODUITS DOUTEUX CONTRE LE DIABETE Le ministère du Commerce saisi

par B.Mokhtaria

Alerté par la fédération nationale des diabétiques sur la vente de produits douteux supposés guérir le diabète, le ministère de la Santé et de la Réforme hospitalière a pris certaines mesures. Selon le chargé de la communication au ministère, sitôt saisi par la fédération, toutes les dispositions ont été prises pour, d'une part, déterminer la composition de ces deux produits («Sugar» et «Insula») et d'autre part, identifier l'importateur. Pour le ministère de la Santé, il ne s'agit pas de produits classés dans la catégorie de complément alimentaire importés dans un cadre légal d'Egypte et mis en vente sur le marché. Reste, cependant, à déterminer sa nocivité ou non pour la santé des diabétiques. Pour cela, assure le représentant du ministère, ces deux produits seront soumis à des analyses au laboratoire afin d'en connaître les composants. Concernant leur commercialisation, le ministère de la Santé a saisi le ministère du Commerce, seul habilité à faire le contrôle et décider du retrait du «Sugar» et de l'»Insula» du marché.

Pour avoir l'avis d'un spécialiste sur la question, nous avons contacté le professeur Belhadj, spécialisé en médecine interne à l'EHU d'Oran qui a confirmé qu'«il n'existe pas de médicament pour guérir le diabète». Il a, cependant, qualifié la vente de ces deux produits de scandaleux du fait qu'ils n'ont pas été soumis à des analyses pour connaître leur dosage. Selon le professeur Belhadj, «plusieurs malades sont venus au service pour consultation et demandé des explications sur ces produits qui font l'objet de publicité sur des chaînes arabes». Ces malades ont été sensibilisés, explique le même professeur, sur les risques de la consommation de tels produits dont nous ignorons la composition.

Pour rappel, la fédération nationale des diabétiques avait mis en garde, la semaine dernière, contre la consommation du «Sugar» et de l'»Insula» et dénoncé les commerçants «véreux» qui présentent ces deux produits comme étant le traitement «miracle» pour le diabète. La fédération a également mené une enquête auprès des malades après avoir constaté une augmentation inexpliquée des complications chez les diabétiques. Résultat de cette enquête, la majorité des patients qui présentaient des complications avaient consommé ces deux produits sans avis médical.

ASSOCIATION D’AIDES AUX DIABETIQUES DE LA DAIRA DE  GHAZAOUET

Tel et Fax :   043.32.68.55 p 07.71.27.40.76.

Email : bennaiffr@yahoo.fr

   www.e-monsite.com/aaddghazaouet

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site